Entretien avec Emiliano García, propriétaire de la taverne "Casa Montaña" à Valence
3050
post-template-default,single,single-post,postid-3050,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,footer_responsive_adv,qode-child-theme-ver-,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive

Entretien avec Emiliano García, propriétaire de la taverne « Casa Montaña » à Valence

Entretien avec Emiliano García, propriétaire de la taverne « Casa Montaña » à Valence

Emiliano Garcia y Casa Montana REX LoversEmiliano García Domene dirige l’un des établissements les plus emblématiques de la ville de Valence: Casa Montaña.
Une taverne créée en 1836, reconnue internationalement par la critique, apparaissant dans les meilleurs guides de gastronomie, du vin et voyages.
Ses mérites: un excellent produit, une cuisine soignée et une profusion de professionnalisme et de l’histoire à l’intérieur.


Sa carrière est étroitement liée à l’industrie hôtelière. Quelles autres expériences avez-vous dans ce domaine avant de prendre les rênes de Casa Montaña et la transformer en l’établissement le plus traditionnel de la ville?

J’ai atteint l’âge légal en lançant un établissement nocturne avec trois amis à El Carmen, quartier ancien du centre historique de Valence.

Le succès de cette première expérience m’a encouragé, une fois terminé le service militaire, d’entreprendre une autre société d’hôtellerie. Cette fois, c’était un système coopératif et spécialisé en viandes et est devenu le premier restaurant dans la ville classé avec deux fourchettes.

Après d’autres locaux tels que El Crésol ou Barocco, tous deux à proximité du stade de football, j’ai obtenu par appel d’offres, l’exploitation des cafétérias et de la restauration des espaces différents parmi lesquels se trouvait l’Auditorium Municipal de Riba-Roja, la Maison de la Culture de l’Eliana et même la Cité des Arts et des Sciences de Valence.

Pendant la dernière étape avant l’acquisition de Casa Montaña j’ai pris à ma charge des comptoirs de bars de concerts de groupes comme Mecano, Alejandro Sanz, El Último de la Fila…

Et vient enfin le moment auquel il met toute son énergie, son charisme et savoir-faire à Casa Montaña, une cave historique qu’il parvient à « moderniser » avec un grand respect à sa singularité et aux valeurs  du cartier de Canyamelar où le réstaurant se trouve.

En plus de l’excellente matière première quels sont les ingrédients qui l’ont transformé en un temple gastronomique?

Avoir un espace de 1836 pleine d’histoire, le fait de vivre réconcilié avec l’environnement afin que la tradition et la modernité coexistent en parfaite harmonie, un grand respect pour le produit et les producteurs, le professionnalisme et l’accueil fourni par notre équipe…

Mais surtout, nous sommes un espace avec un contenu qui offre beaucoup plus que de bonne nourriture: nous organisons des séminaires, des dégustations et des réunions où nous présentons un produit particulier. Le producteur lui-même y assiste et un dialogue intéressant est établi. Tout culmine avec un dîner autour de ce produit.

Nous organisons également des réunions bimensuelles sur les questions sociales telles que la justice universelle avec des personnalités nationales de premier plan dans tous les domaines. Des réunions qui sont nés pour faire revendiquer le quartier et ont également servi à revendiquer le mot aux tavernes.

Et tout cela toujours avec un bon mariage (nous avons plus de 500 références du monde entier), car taverne et vin sont essentiels dans tout bon forum.

Le vin sans aucun doute occupe une place privilégiée à Casa Montaña, mais dites-nous où est née votre passion par les vins…

Peut-être mon enfance à Requena, terre de vignes, où j’ai appris à vendanger ont pu me marquer, mais il était un bon ami de La Rioja qui a éveillé en moi cette grande passion dans laquelle je voulais impliquer tout le monde étant un pionnier à offrir dans mon établissement, du vin au verre, par exemple.

Vous êtes un homme très engagé. Mais un rebelle « avec la cause » – qui a joué un rôle actif dans les associations professionnelles, tant au niveau local et national: membre du comité exécutif de la Fédération d’Hôtellerie de Valence et président de Cafés et Bars, vice-président de la Fédération Espagnole d’Hôtellerie, Président de l’Association des Comerçants du Maritimo (quartier à Valence), vice-président de Cepymev, patron et membre de la Fondation ÉTNOR pour l’éthique des affaires et organisations et un long etcétéra … Est-ce que diffuser la culture du vin est une autre de ses causes?

Tout à fait, l’un de mes objectifs est de faire connaître les vins du monde, avec une attention particulière aux nationaux et de Valence.

J’essaie de contribuer à que le vin soit considéré comme culture et je comprends que le fait de l’offrir au verre et à bon prix est un moyen de « démocratiser » les grands vins.

D’autre part, j’essaie de rapprocher Casa Montaña de plus en plus à la mer et je ne fais pas seulement référence aux produits de la carte, mais aussi à renforcer le caractère maritime du quartier.

Je prétends que Casa Montaña ne soit pas un incident isolé à l’heure de combattre la dégradation que la zone de Canyamelar souffrait. Bien sûr, tout cela sans tomber dans l’embourgeoisement.

En fait, votre dernière aventure d’affaires est aussi dans ce quartier qu’il aime tant. Dites-nous ce qu’est Barracart?

Barracart est le nom de mon dernier projet à travers lequel, et avec un énorme respect pour le quartier et pour notre culture, nous avons réhabilité un bâtiment du siècle dernier pour offrir un hébergement touristique différent.

Donc, avec mon partenaire, Olga Juhasz, nous avons lancé cette initiative l’année dernière, dont le nom vient de la rue où se trouve- Calle de la Barraca-  et le terme « Art ».

Les murs de brique apparent, les mosaïques, les peintures murales, l’escalier et une partie du mobilier appartiennent à la maison d’origine, de sorte qu’il conserve une grande partie de son essence.

En plus de cela, une bibliothèque -avec des œuvres en plusieurs langues- et une sélection de photographies et de peintures permettent au visiteur de s’immerger dans notre culture.

Mais ce qui me passionne vraiment est d’offrir aux visiteurs une expérience complète avec des dégustations, des visites guidées, des ateliers de cuisine, du théâtre … Les activités sont concentrées à la fois dans le district et dans l’ensemble de la Communauté de Valence.

Casa Montaña a été l’un des établissements participant à la dernière édition de «Valencia Culinary Meeting» festival gastronomique dans lequel neuf renommés locaux ont élaboré une proposition de menu en invitant chez leurs cuisines à divers chefs internationaux.

Dans le cas de la cave phare, le plat principal était un ragoût de Corvina REX avec Aromatics et Poireaux conçu par Emiliano Garcia en collaboration avec les chefs lituaniens Ernestas Viršilas et Tadas Eidukevičius.

Voir toute l’actualité

logo AEMPM


Esta web utiliza cookies propias y de terceros para ofrecerte un servicio más personalizado y una mejor experiencia de acuerdo a tus hábitos de navegación. Si continúas navegando, consideraremos que aceptas su uso. Puedes obtener más información visitando nuestra política de cookies
ACEPTAR

Aviso de cookies